Tous droits réservés
© Lydie Palaric Vignau


Mémoire
2006

photographies argentiques
13x18cm encadrées

Lorsque l’on se regarde sur papier, il y a toujours comme un léger malaise. C'est le sentiment d’être autre que soi. La sensation qu'une large part de nous-même nous échappe et nous est toujours étrangère. Lorsque l’on regarde une photo cela veut dire que l’on n’en fait plus partie. On devient spectateur détaché.

L’un des caractéristique de la photographie est d’être un mode de représentation très fini et statique. Ici, il s'agit d'un travail en argentique avec un temps de fixation volontairement interrompu trop tôt. Cela donne un caractère éphémère aux images qui mutent, changent et évoluent avec la lumière. Les visages deviennent flous, parfois jusqu'à l’effacement.

 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_10.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_13.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_5.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_2_v2.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_1bisbis.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_17.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_18.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_15.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_14.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_6.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_12.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_16.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_4.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_3.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_19.jpg
 
 
http://lydievignau.fr/files/gimgs/th-23_23_9.jpg